Terrible erreur judiciaire à Ascain

Cours d’appel de Pau, 22 novembre 2022

Madame Lacarra, élue d’Ascain accusée de « recel de bien provenant d’une prise illégale d’intérêt dans une affaire qu’elle administre » est innocente ! En tout cas, c’est ce qu’elle affirme.

« Je n’ai commis aucune infraction » c’est la stupéfiante déclaration que notre Anita Lacarra fit en réponse à M° Dupin (représentant l’association plaignante « Ascain Cadre de Vie ») lequel a dû faire répéter pour savoir s’il avait bien compris.

Les échanges valent d’être rapportés.

M° Dupin, pose d’emblée sa plaidoirie dans le cadre de la moralisation de la vie publique et de la perte de confiance des citoyens envers leurs élus.

Il demande alors à Anita quelles fonctions elle occupe au sein de la mairie et dans quelles commissions elle siège. Les voici :

Commission Urbanisme, Commission Vie Economique, Commission Culture, Commission Travaux, Commission Développement Durable, Transition énergétique et agriculture. Suppléante du Maire au conseil communautaire de la CAPB, Membre du syndicat du SCOT Pays Basque-Pays de Seignanx. Et n’oublions pas, membre du jury du concours pour la maîtrise d’œuvre pour la nouvelle école, projet qui suite aux conditions d’expropriation du terrain choisi par la commission urbanisme présidée par Anita Lacarra, la ville d’Ascain avait été condamnée (1)

Bref, elle est partout.

Suite à cet étalage de responsabilités, M° Dupin lui pose la question suivante : « comme vous avez été condamnée pour conflit d’intérêt dans le cadre de l’urbanisme, quelles mesures avez-vous prises, au sein de vos fonctions municipales pour ne pas vous trouver à nouveau dans un conflit d’intérêt. » 

Surprise d’Anita qui avoue n’avoir rien changé de ses fonctions.

M° Dupin : je ne comprends pas, vous avez gardé vos fonctions entre autres à la commission d’urbanisme. Vous ne croyez pas que cela risque de vous mettre à nouveau dans une situation délicate ?

La réponse d’Anita sera à la hauteur du personnage : « non, il n’y pas de risque de conflit d’intérêt, car je n’ai commis aucune infraction »

Stupéfaction de l’avocat : « vous savez que vous êtes condamnée pour prise illégale d’intérêt » Anita affirmera à nouveau : « je n’ai pas commis d’infraction »

M° Dupin s’adresse alors à la juge : « quelle leçon a tiré madame Lacarra d’une décision de justice qui l’a condamnée ? Aucune ! Je ne comprends pas qu’elle siège toujours dans la commission d’urbanisme. Il n’y aurait pas eu une dizaine de personnes qui se sont mobilisées pour dénoncer sa prise illégale d’intérêt, tout restait caché de ses administrés. »

Anita, la stakhanoviste d’Ascain

A Ramdam, comme vous le savez, nous sommes d’une impartialité quasi religieuse. Aussi sommes-nous obligés de prendre la défense d’Anita. Lors du précédent procès devant le Tribunal correctionnel de Bayonne (23 mars 2021), Anita Lacarra qui, outre ses diverses fonctions municipales sus-citées est dans le civil « expert Foncier, présidente des Experts Fonciers du Sud Ouest, membre du Conseil Syndical du Scot Pays Basque-Seignanx, commissaire enquêtrice et experte au tribunal administratif de Pau », avouait au Président du tribunal ignorer ce qu’est une « prise illégale d’intérêt ».

Cette fois, sa réponse « il n’y pas de risque de conflit d’intérêt » semble montrer qu’elle a fait des efforts de compréhension. Plus que deux ou trois procès de plus, grâce à la mairie d’Ascain qui les accumule, et elle sera au top.

Ascain, une grande famille très partageuse.

Pour se disculper Anita Lacarra signalera que dans un petit village, tout le monde se connait et, étant plus ou moins tous parents, avantager l’un ou l’autre est fatal.

M° Dupin répond immédiatement : « C’est justement parce que c’est un petit village, que tout le monde se connait et est plus ou moins parents, que la transparence et l’objectivité sont d’autant nécessaire.

Seule une totale transparence, par un accès direct à la commission d’urbanisme, que les citoyens peuvent accepter les décisions, même si elles avantagent certains familiers. Alors qu’ici certains se sont vus expropriés et ont dû aller en procès pour avoir réparation » (allusion au procès pour l’expropriation du terrain de l’école ref 1).

Des élus qui se croient élites

Bref, Anita Lacarra est l’exemple même de ces petits notables qui ont séquestré la démocratie pour leur propre usage, en envahissant les municipalités.

 Dès lors qu’ils sont élus, ce statut est pour eux un blanc-seing, qui les justifie de ne pas répondre de leurs actes. Être élu, n’est-ce pas la preuve d’une très grande valeur ? N’est-ce pas faire partie d’un gotha à qui nul n’a à demander de comptes. Même la justice.

Déjà, l’ex-maire d’Urrugne, Odile de Coral, de même condamnée pour prise illégale d’intérêt, en conflit avec la déontologie de l’élu, se présentait sans honte comme conseillère au sein de l’Agglo. Sa candidature sera acceptée par le président de cette même Agglo, Jean René Etchegaray, en théorie gardien de cette déontologie, car « elle se considère innocente !» Pour ces élus se croyant élites, que ceci est bien naturel.

Car pour ces délinquants municipaux, où est la honte, puisqu’ils sont tous convaincus de leur innocence quoi qu’ils fassent. Où est le risque puisqu’ils peuvent compter sur nombre de leurs pairs pour les défendre.

C’est qu’il y a beaucoup d’argent à gagner, beaucoup. La revente de ces terrains à brebis dépasse vite le million d’€ grâce à un coup de crayon sur un PLU. Ça brûle autant les doigts que les neurones.

Qu’ont éveillé dans la matière grise d’Anita les paroles de M° Dupin évoquant la moralisation de la vie publique et de la perte de confiance des citoyens envers leurs élus ? Absolument rien puisqu’elle nargue la justice en niant, en pleine cour, devant les magistrats, leurs propres jugements. « Je n’ai pas commis d’infraction »

En tout cas, Anita a le droit de fanfaronner. Elle n’aura pas à mettre la main à la poche. L’Avocat général n’a requis qu’une peine d’inéligibilité qui, même si elle est confirmée, lui fera une belle jambe (à Anita, pas à l’avocat général).

Grâce à son copain le maire Jean Louis Fournier, elle pourra toujours agir en arrière-plan. Soutien inconditionnel, ce dernier n’avait-il pas affirmé devant les journalistes de Sud-Ouest médusés « madame Lacarra n’a jamais été condamnée pour prise illégale d’intérêt » (Sud-Ouest du 19/02/2022)

La méthode Coué renait à Ascain. Il suffit de se répéter et de répéter à la cantonade que l’on n’a rien à se reprocher, et tout va bien, les affaires peuvent se poursuivre.

Et il y en a.

A suivre

Michel Gellato

  1. https://ramdam6440.fr/2022/06/29/ascain-le-maire-devrait-suivre-les-cours-de-sa-copine-anita/

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.