Oui, à RamDam, nous sommes tous des jaloux !

À RamDam, c’est avec impatience, que dis-je, avidité que nous attendons la nouvelle année, non pour recevoir les innombrables cartes de bonne année de nos abonnés, mais, mieux, pour découvrir les extraordinaires discours des vœux de nos élus.

Et chaque année, à RamDam, une interrogation nous ronge : « Pouvons-nous faire mieux ? » Sommes-nous à la hauteur des déclarations en pure langue de ronce de noyer poli, creuses mais si flatteuses. Savons-nous, comme le déclarait Jean René Etchegaray, « nous réinventer collectivement » ?

Sommes-nous capables de partir en croisade RamDamesque comme le déclamait Claude Olive pour Anglet : « La France. La voir ainsi déchirée, déboussolée, inquiète, fracturée ne correspond pas à sa tradition historique, à son message de liberté et d’humanisme hérité des Lumières, à son génie créatif, à sa place éminente dans le monde. Pour notre patrie, je souhaite la contagion générale de l’esprit angloy. »

Les Angloys ont-ils bouté les anti-France ? Nous le saurons peut-être cette année.

C’est dans ces grandiloquences, dans cette pompe superfétatoire, dans ce verbiage emphatique que nous puisons à la fois notre modestie et notre motivation. Nous devons le reconnaitre, RamDam est souvent battu, mais quel aiguillon pour nos neurones de la rigolade émoussés et quelle motivation pour rester à leur hauteur !

Aussi, chers sympathisants, aidez-nous ! Tant pis si notre ego doit en souffrir, promettez-nous de nous communiquer les perles que vous glaneriez çà et là.  Bonne année 2022 à tous et pensons aussi à tous les malheureux, les SDF,  oh pardon, « les personnes en situations de rue » comme les baptise Anne Hidalgo.

Michel GELLATO

À Ciboure, les murs ont des oreilles

Grosse interrogation à Ciboure lors du dernier conseil municipal, Madame Isabelle Dubarbier, conseillère municipale d’opposition demande que soit porté sur le compte rendu « qu’elle a été très choquée par une remarque ». Quelle remarque ? Venant de qui ? A propos de quoi ? Mystère ? Elle n’en dira pas plus.

Nous proposons à cette dame d’autres formulations plus incisives : « Je ne nomme personne mais suivez mon regard », « Je sais tout mais je ne dirai rien » ou « J’ai des noms ».

Pas de quoi en faire tout un plat ! Quoique…

Suite à la publication de la liste des nominés pour nos prochains « Klaxons », nous avons reçu ce commentaire que nous vous faisons partager car il révèle les liens de confraternité qui existe entre les coquins d’élus que nous avons épinglés en 2021.

 » Citoyen de la commune de Saint-Pierre-du-Mont, je suis avec intérêt les aventures de Monsieur Joël Bonnet, qui nourrissent abondamment vos colonnes. Apparemment, Monsieur le Maire a pris de bonnes résolutions, puisqu’il commence l’année nouvelle aussi rapidement qu’il a terminé la précédente. Faisant partie des « aînés  », j’ai reçu hier, en place du repas offert chaque année aux plus de 70 ans, un panier gourmand composé de pâtés et de plusieurs plats cuisinés. Attentif à l’origine des produits que je consomme, j’ai consulté l’étiquette qui indiquait que le produit venait de Benquet. On achète donc local à la mairie de Saint-Pierre. En regardant de plus près, j’ai trouvé le producteur, qui fait lui aussi partie de vos nominés pour 2021, puisqu’il s’agit de Pierre Mallet, gérant de l’EARL de Hourteou. Je rappelle que Pierre Mallet était sur la même liste que Joël Bonnet lors des dernières élections départementales et que les hommes sont très proches. J’ai interrogé un conseiller municipal de Saint-Pierre-du-Mont pour savoir si ce point avait été abordé lors d’un conseil municipal : à sa connaissance, il n’a été question dans aucun conseil ou commission de la question de l’attribution de ce marché. Le copinage serait-il devenu le premier critère d’attribution à Saint-Pierre-du-Mont ?  » Bonne question, on vous remercie de l’avoir posée, comme diraient les politiques.

https://ramdam6440.fr/2021/05/09/les-pieds-nickeles-font-de-la-politique/

Bataille du rail ou bataille duraille pour Mathieu Bergé ?

S’il est quelque chose que RamDam 64-40 déteste, c’est bien la pensée unique. C’est pour cette raison qu’on adore le conseiller municipal bayonnais, conseiller d’Agglo et conseiller régional Mathieu Bergé, un artiste en son genre.

Lors du conseil communautaire du 18 décembre, plusieurs membres de la majorité municipale et de l’opposition se sont opposés à la LGV. Parmi eux Christian Millet-Barbé, Yves Ugalde ou pour l’opposition Mathieu Bergé.

https://www.mediabask.eus/fr/info_mbsk/20211227/les-elus-favorables-a-la-lgv-sont-concentres-entre-bidart-et-boucau

Jusque-là, rien que de très normal. Mais où les choses deviennent cocasses, c’est lors du conseil régional à Bordeaux. Comme si la vision du problème se modifiait selon que l’on se trouve à Bayonne ou à Bordeaux, le sémillant conseiller s’est cette fois abstenu. Il faut dire aussi qu’Alain Rousset est très favorable à la LGV et que Mathieu Bergé qui a quitté Génération S pour le rejoindre lors des régionales n’a visiblement pas osé le désavouer. D’où cette abstention qui fait un peu chiffe molle.

Le plus drôle est de regarder Mathieu Bergé, autrefois véloce demi de mêlée, pédaler dans Médiabask qui s’étonne de ce revirement. « C’est avec l’accord de Demain Bayonne qui est défavorable à la LGV qu’il a opté pour l’abstention » Le même défend « la complexité d’un dossier qui demande à être nuancé » et s’élève « contre la pensée unique mortifère pour la démocratie ».

https://www.mediabask.eus/fr/info_mbsk/20211218/le-pays-basque-se-positionne-contre-le-projet-de-ligne-a-grande-vitesse

Défense de rire ! Le dossier complexe ne demandait visiblement pas à être nuancé à Bayonne et Demain Bayonne défavorable à la LGV s’est finalement, grâce à ses soins, contentée d’une abstention.

N’importe qui, après de telles contorsions sémantiques, finirait schizophrène mais pas Mathieu Bergé, nouveau forçat du rail, qui préfère visiblement qu’on le raille plutôt que sa carrière politique ne déraille.

Un Alleman, conseiller à temps très partiel

Sans le moindre bon sens, Olivier Alleman continue à cumuler comme un malade, ce qui est la certitude de tout faire mal. Conseiller municipal délégué à Bayonne, mais aussi chargé de la numérisation à l’Agglo et conseiller départemental, l’ancien animateur d’Intervilles, rajoute à ses nombreuses casquettes politiques un emploi à plein temps au ministère de l’Agriculture de commissaire en chargé des concours agricoles. Est-ce vraiment raisonnable ?

L’étude des procès-verbaux des conseils communautaires à l’Agglo donne une idée de la façon, quelque peu désinvolte de fonctionner d’Olivier Alleman.

Ainsi lors du conseil communautaire du 18 décembre dernier, le frais émoulu conseiller départemental a pris congé au point 55 de l’ordre du jour. Rien à dire sur le 2 octobre où le conseiller communautaire a pour une fois fait son travail jusqu’au bout. La séance du 24 juillet a purement et simplement été séchée par le conseiller communautaire qui avait donné procuration à Loïc Corrégé. Quant à celle du 19 juin, on frôle la farce, puisqu’Olivier Alleman est resté le temps de… cinq délibérations, sur les 73 à étudier ce jour-là.

Un peu comme Rachida Dati en son temps qui venait au Parlement européen pour émarger et toucher son indemnité avant de repartir bien vite à Paris, Olivier Alleman s’offre le luxe d’une visite de courtoisie à ses copains de l’Agglo avant de faire sa valise. Et il ne se sent pas gêné de prendre des indemnités?

Le comité de soutien départemental à Valérie Pécresse, avec les inusables Max Brisson et Claude Olive. (Photo Sud Ouest)

Arostéguy : Faites ce que je dis, pas ce que je fais!

C’est le risque des majorités improbables, même si les politiques préfèrent parler pendant les campagnes électorales de « large rassemblement ». Ça tiraille dur actuellement au sein de la majorité municipale biarrote entre ceux qui succombent au charme de Zemmour, ceux qui rêvent de Pécresse à l’Élysée et les rares qui espèrent Jadot. Pour mettre fin à la cacophonie « Wonder Maïder » a décidé que chacun est libre de son choix mais ne doit pas « faire de prosélytisme ». Parce que s’afficher dans Sud Ouest en compagnie de Fabrice-Sébastien Bach au sein du comité départemental de soutien à Valérie Pécresse, ce n’est pas faire du prosélytisme ? Visiblement, selon que vous serez maire ou simple conseiller municipal, à Biarritz, la règle ne sera pas la même.

Sud Ouest du 8 janvier

Un commentaire

  1. Remerciement pour ces précisions sur les votes LGV. J’avoue qu’opposante à ce projet délirant façon « danseuse de Rousset » et adepte, forcément, de la pensée unique, ça m’a instruite sur la performance de certain élu contorsionniste. Très pro-lgv en tant que membre du P.S., il a bien évolué vers la pensée plurielle. Eh oui, bravo l’artiste !

    En conséquence, votre article est publié, avec les honneurs, sur le nouveau facebook : NON LGV 40 | Facebook
    Éliane Pibouleau Blain

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.