LARMES à GAUCHE POUR LA PIGNADA d’ANGLET

Après son incendie, la pignada d’Anglet convertie en élevage de crocodiles.

La Semaine du Pays Basque, sous la plume de Madame Karine Noble, nous fait part de l’«hommage vibrant rendu aux pompiers qui ont lutté contre l’incendie de la forêt du Pignada le 30 juillet 2020 » par le maire d’Anglet Claude Olive, lequel, « ému, n’a pu retenir ses larmes pendant son discours, revivant cette nuit terrible »

« Un pan de ma vie s’est effondré cette nuit-là » s’épanche-t-il.

Voilà qui fait monter les larmes aux yeux autant que la fumée ; fumée qui, peut-être, aurait pu être évitée si, comme dit la loi « Afin de lutter efficacement contre les risques d’incendie, la loi impose aux propriétaires situés à proximité des bois et forêts de procéder au débroussaillage de leurs terrains. À défaut, le maire peut les mettre en demeure de s’exécuter et même faire d’office les travaux à leurs frais. »

Malheureusement, comme RamDam le rapportait à l’époque, le conseiller municipal d’Anglet en charge de l’entretien d’une bonne partie de cette foret, Monsieur Christian Mutio avoue : « si la forêt s’est embrasée aussi rapidement, outre la sécheresse et le vent violent, c’est certainement par un manque d’entretien des sous-bois »

(https://ramdam6440.fr/2020/09/10/pourquoi-la-pignada-danglet-a-brule/)

Bref, le maire d’Anglet Claude Olive, aurait du exiger du maire Olive Claude de se mettre lui-même en demeure d’entretenir la pignada.

Avouez qu’éviter un incendie est un non-événement. Par contre, sauter sur l’opportunité pour verser toutes les larmes de son corps est l’occasion unique d’éluder sa propre responsabilité.

Michel GELLATO

Le maire de Benquet, toujours fâché avec les conflits d’intérêts

A deux reprises (9 février et 4 avril 2021) nous avions relevé la baraka de Pierre Mallet qui bénéficiait régulièrement en tant qu’élu d’un alignement des planètes lorsque ses propres intérêts, voire ceux de ses proches étaient en jeu. Nous avions intitulé les précédents épisodes ‘‘ça tombe bien  ».

La saga continue, en décembre 2019 le conseil municipal de Benquet décide à juste titre la construction d’un bâtiment de 200 m² destiné à accueillir une agence postale et un magasin de producteurs pour un coût avoisinant 200.000 €.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est benq.png

Aujourd’hui  alors que ce magasin se prépare à ouvrir l’on découvre que parmi les six producteurs partenaires (Les fermiers du Landes’main) figure Adeline Mallet seconde fifille du maire.

Jusque là rien à redire mais les esprits chagrins ne pourront s’empêcher de s’émouvoir du fait que le maire une fois de plus directement concerné par un projet ait pris part aux votes d’au moins 5 décisions du conseil municipal relatives à la réalisation de cette construction.

Ainsi mais c’est du pur hasard, après le coup de chance dont semble avoir bénéficié Sophie Mallet c’est au tour de sa sœur de devoir remercier son maire de père pour son efficace soutien. .

Lanceur d’alerte au gaz

Une proposition de loi visant à améliorer la protection des lanceurs d’alerte est en cours de gestation. Bien sûr, RamDam, particulièrement sensible à ce sujet, s’y intéresse ; mais il est difficile d’y retrouver ses petits parmi les modifications et les 160 amendements déposés

Dans l‘état actuel de notre déchiffrage, nous comprenons qu’un lanceur d’alertes a trois possibilités de « lancer » ses alertes.

Le « canal interne », si l’entité de laquelle le lanceur d’alerte appartient a prévu de telles dispositions et un « canal externe », à ne pas confondre avec une « divulgation publique » dont les contours ne sont pas encore très nets. Ce « canal externe » passe par une « autorité compétente » parmi celles désignées par décret.

Lorsque cette ‘autorité compétente’ s’estimera incompétente, le « Défenseur des droits » (anciennement appelé « Médiateur de la République ») « aura la charge d’orienter les lanceurs d’alerte et de réorienter les alertes ».

Le hic est, qu’outre le fait que ces échanges ne vont pas dans le sens d’assurer l’anonymat du lanceur d’alerte, qu’en sera-t-il de sa protection si le Défenseur des droits, à l’instar de Monsieur Delevoye (qui a exercé cette fonction de 2004 à 2011 et vient d’être condamné à 4 mois de prison avec sursis et 15 000 Euros d’amende) est lui-même un délinquant ?

Chance, notre député, Monsieur Vincent Bru à fait partie de la commission d’étude de cette proposition de loi. Nous comptons sur ses connaissances pour éclairer notre lanterne sur certains points difficiles à comprendre et que nous sommes en train de lister.

À suivre donc .

Un commentaire

Répondre à domerc Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.