Perdre ses convictions avant d’agir contre ses convictions

Dans ce neuvième volet de notre série sur les indemnités des élus, vous allez découvrir que professionnalisation des élus et convictions ne vont pas souvent de pair.

Rien ne vaut un bon exemple. En 2018, lors du vote définitif du budget de l’Agglo, les conseillers apprennent qu’en quatre mois, « le ratio de désendettement est passé de 5.5 années à 10,6 ans ». Remous dans la salle, – On parle tout de même de 600 millions d’argent public ! –  remous vite calmés car, comme le rapporte Mediabask du 17 avril 2018, le président, «Jean-René Etchegaray, a rappelé la discipline aux brebis égarées de son équipe». Et le vote est acquis, ce qui en dit long sur l’état de servilité de nos soi-disant représentants !

Pourquoi cette dépendance ? Simple : Quel maire de petite commune basque va s’amuser à se frotter au président de l’Agglo, du Département ou de la Région alors que celui-ci a l’énorme pouvoir de lui octroyer des subventions ?

Les routes, écoles, PLU et j’en passe, l’élu habile et bien en cour aura très vite « sa » route, sa modification de PLU etc.. tandis que le contestataire l’attendra longtemps. En outre, il faudra qu’il explique à ses administrés pourquoi il n’obtient pas ces subventions.

Donc, il vaut mieux faire acte d’allégeance et « vendre » son vote : « Vous me donnez ça, et je voterai comme il faut ». C’est « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette ».

Ce système s’apparente à une relation suzerain-vassal que l’on ne peut avouer aux citoyens …. qui payent et ne comprennent pas, tout en subodorant un truc pas clair.

Le même résultat pervers se rencontre chez ceux qui veulent obtenir des indemnités ou les conserver. Les présidents qui ont le pouvoir de distribuer les postes rémunérés, sont en position de potentat et s’entoureront donc tout naturellement de serviles serviteurs, dont le rôle sera de défendre leurs « patrons », s’ils sont critiqués et justifier leurs décisions, sinon ceinture !

« A force d’accepter les honneurs on finit par croire qu’on les mérite »

Et puis, perdre son poste, ce n’est pas facile surtout si l’on est rentré très tôt en politique. Imaginez un jeune employé au SMIC qui petit à petit grimpe les échelons jusqu’à devenir maire, puis député ou sénateur. La crainte de perdre une élection les pousse à multiplier mandats, délégations, missions ou pire, écraser les nouveaux venus qui risqueraient de leur faire de l’ombre.

Et ne parlons pas de l’attraction magnétique du clinquant de la position sociale ainsi accordée. Salons, cocktails, invitations, se sentir influent, (même si ce n’est qu’en pratiquant un clientélisme bien orienté. Alors, petit à petit l’argent public se désacralise. « Ça ne coûte pas cher, c’est l’Europe/ la CAPB, la Région, le Département qui paient ! » Donc on peut en faire ce que l’on veut, même assouvir ses caprices de roitelet.

A voir évoluer nos élus sous les ors de la République, nombre d’entre eux paraissent aussi décomplexés avec l’argent public qu’une cocotte dépensant celui de ses amants. Quant à leur déontologie, s’installer dans le confort de la discipline de parti est quand même moins dangereux que faire la police à chaque dérive d’un des leurs.

Les autorités de contrôle si le citoyen le demande

La Haute Autorité Pour La Transparence de la vie Publique (HATVP) ne vérifie quasiment jamais les déclarations des élus sauf si un citoyen dénonce une anomalie. À l’Assemblée, les contrôles sur les notes de frais des députés sont de pure forme et il en va de même dans presque toutes les institutions.

En conclusion : avis aux jeunes qui voudraient entrer en politique avec le respect sacré de l’argent public, passez votre chemin. Sinon, soit vous allez démarrer un combat contre vos pairs à l’intérieur même de votre organisation ou parti, qui feront corps contre vous ; soit vous allez perdre vos convictions par lassitude ou tomber dans l’intérêt personnel. Comme disait Jean Lassalle à qui l’on reprochait d’avoir acheté en son nom propre sa permanence parlementaire : « À l’époque ça se faisait ».


Michel GELLATO

Demain: Dernier épisode. Les propositions de RamDam  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.