Conseiller régional, la bonne gâche de la République

Dans ce cinquième volet de notre série sur les indemnités des élus, vous allez découvrir que le conseiller régional a souvent un rapport indemnité versée-travail fourni assez imbattable.

Gagner 5 639 € brut par mois lorsqu’on supervise un territoire de la taille de 12 départements et qu’on est à la tête d’une entreprise de 8 500 agents (chiffre de 2017) n’a rien de scandaleux et donnerait même sans doute envie de sourire à des patrons de CAC 40, dirigeants des entreprises de la même taille. Mais il faut croire que les conditions proposées à Alain Rousset ne sont pas si épouvantables puisqu’il est président de la région Aquitaine depuis… 1998 Cette région qui est devenue la plus vaste de France en 2015 en intégrant le Limousin et surtout le Poitou-Charentes, totalement déficitaire.

Comme on peut le constater sur le tableau, la hiérarchie des salaires est assez logique avec 15 vice-présidents qui émargent à 3 811€ bruts par mois, 46 membres de la commission permanente à 2 994€ par mois et 121 conseillers régionaux à 2722 €.

Derrière cette logique apparente, les chiffres méritent d’être étudiés d’un peu plus près. S’ils sont payés de manière semblable, certains vice-présidents sont très présents à Bordeaux et d’autres beaucoup moins. Les membres de la commission permanente sont sollicités « dix fois par an environ » selon le site de la Région   pour préparer les réunions plénières qui ont lieu en moyenne toutes les six semaines. Quant aux commissions thématiques, toujours selon le site Internet de la Région, elles ont lieu avant la commission plénière, histoire de ne pas faire venir deux fois les élus.

Le faible écart de 270 € avec les « simples » conseillers régionaux est assez surprenant. Sans grand risque de se tromper, on peut dire qu’un poste de conseiller régional est une des meilleures « gâches » de la République. Jean-Michel Iratchet, ancien conseiller régional pour le Front national et présent à notre réunion publique, tient à nuancer nettement notre propos : Selon lui, « beaucoup de dossiers à préparer et analyser et au final un emploi du temps chargé ». Nous ne doutons pas de la sincérité de son témoignage, mais Monsieur Iratchet était un élu d’opposition, ce qui nécessite toujours beaucoup plus de travail.

Dans les faits, un conseiller régional est le plus souvent inconnu du grand public et, contrairement à un parlementaire, très peu sollicité. 2722 € mensuel pour une ou deux journées de présence par mois à Bordeaux, pas beaucoup de dossier à préparer, un vote souvent conditionné à une logique de parti, voilà qui va faire rêver pas mal de monde !

Jean-Yves VIOLLIER

L’avis de RamDam : Pas de critique de fond sur la travail de l’institution, mais des chiffres qui laissent rêveurs. Le président du conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques qui totalise 54 membres, estime avoir besoin de 12 vice-présidents quand l’immense région Nouvelle-Aquitaine, avec ses 183 élus semble fonctionner très bien avec … 15 vice-présidents. À se demander parfois s’il n’y a pas un peu de clientélisme et une façon d’acheter sa sérénité dans ces désignations de vice-présidents.

Demain : Députés et sénateurs, des petites gâteries par ci par là.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.