Un demi succès

Dommage pour les absents ! Le débat sur les indemnités des élus, avec des figures locales qui ont joué le jeu, a été fort animé.

Si depuis plusieurs mois Miss Monde – ou Mister Univers, nous ne sommes pas sectaires chez RamDam ! – a pris l’habitude de vous servir chaque matin le petit-déjeuner au lit et que tout s’arrête brutalement, vous allez trouver cela difficile. Même chose pour les fondateurs de l’association citoyenne RamDam 64-40 qui ont encore en mémoire la première réunion publique organisée en juin 2018. Nous nous demandions alors si nous n’aurions pas dû louer une cabine téléphonique pour accueillir nos visiteurs. Vous aviez été 80 à venir débattre avec nous. Nous retrouver à 40 en 2022 nous a donc beaucoup déçus.

Faciliter le dialogue élus-citoyens

Mais comme nous sommes d’incurables optimistes chez RamDam nous qualifierons de « Demi succès », notre dernière réunion publique, là où des Cassandre parleraient de « Demi échec » : trois mois d’investigation à partager avec quarante personnes quand nous avons toujours été habitués aux salles pleines, c’est rageant. Nous appréhendions cette première réunion publique d’après pandémie et nous avions sans doute raison. Peur du Covid ? Lassitude de la politique ? Éloignement des intéressés après deux ans de coupure ? Nous n’avons pas l’explication.

En revanche, jamais RamDam 64-40 n’aura été aussi près de ses objectifs que lors de cette réunion publique. Notre association se veut observatoire de la vie publique mais surtout facilitatrice de dialogues entre les élus et les simples citoyens. Et de ce côté-là, croyez-nous, nous avons été servis le jeudi 5 mai avec six élus qui ont totalement joué le jeu avec le public.

Marie-José Mialocq.

Nous remercions donc vivement pour leur courage et leur franchise Marie-José Mialocq, maire d’Arbonne et membre du conseil permanent de l’Agglo, Emmanuel Alzuri et Marc Saint-Esteven, maires de Bidart et Villefranque, membres de l’Agglo et du conseil départemental, Jean-Michel Iratchet, ex conseiller régional du Front national, Maud Cascino et Fabrice Sébastien Bach, adjoints à l’Urbanisme et au Commerce de Biarritz, tandis que l’ex-députée Colette Capdevielle, retenue par le mariage d’amour (ou de raison ?) entre France Insoumise et le PS avait dû se décommander en dernière minute.

Fabrice-Sébastien Bach.

Bien sûr, pendant les trois mois d’enquête où nous avons multiplié les échanges avec les élus, pas un ne nous a dit qu’il s’estimait trop payé même si la plupart se reconnaissent « correctement rémunérés », mais après tout, y a-t-il un seul lecteur sur ce blog qui estime que son patron lui verse un salaire trop généreux ?

Avec une volonté de transparence touchante, les deux élus biarrots sont venus avec leur feuille de paie d’adjoints pour prouver la modestie de ce qu’ils touchent, autour de 1200 euros net, par rapport à leur investissement. Bien sûr, la causticité des propos de RamDam a parfois fait sursauter les élus et sourire la salle, mais chacun a pu s’exprimer avec sincérité et livrer « sa » vérité.

Maud Cascino.

Si tout le monde est d’accord pour dire qu’un maire, au vu des responsabilités écrasantes qui sont les siennes, est plutôt mal payé, les avis se nuancent quand on évoque le cumul des mandats, le rapport travail fourni-indemnité versée d’un conseiller régional, le statut des retraités qui continuent à faire de la politique, ou les petits cadeaux fiscaux qui continuent d’embellir la vie des parlementaires. Et le débat devient passionnant car, derrière les clichés couramment véhiculés, le citoyen intéressé par la vie publique commence à percevoir toute la complexité du sujet.

De la même façon, notre longue enquête nous a permis de découvrir que lors des deux derniers quinquennats, nombre d’avancées décisives concernant la moralisation de la vie publique. ont été accomplies, même si elles sont encore insuffisantes à nos yeux… Avancées qui restent souvent biaisées, car le législateur concernant la vie publique, ne prévoit pas de sanction pour ceux qui n’appliqueraient pas la loi.

Emmanuel Alzuri.

Qui vient de dire au fond de la salle : « Trêve de baratin… Des chiffres ! » ? Déçus par la faible affluence, les quinze RamDameurs contributeurs de cette enquête sur les « Indemnités dérisoires ou démesurées de nos élus » ont eu un moment la tentation de jeter l’éponge après la réunion publique de jeudi soir et d’enterrer leur travail commun au fond d’une armoire. Avant de se souvenir qu’un examen prévoit toujours une épreuve de rattrapage.

Jean-Michel Iratchet.

Même si nous gardons un peu de rancune à tous ceux que nous avons aidés pendant cinq ans et qui n’ont même pas eu l’élégance de nous adresser un mail pour nous informer de leur absence, comme nous sommes passionnés par ce que nous faisons,  nous allons finalement publier dans une dizaine de jours sur notre blog le résultat de toutes nos recherches ainsi que les réactions des élus présents ou de ceux qui nous ont téléphoné peu après la réunion pour nous donner des précisions comme Maïder Arostéguy.

On dit merci qui ?

Jean-Yves VIOLLIER

L’article de Mediabask du 7 mai.

À ne pas rater : l’excellent article de Ludivine Charniguet dans Mediabask.

https://www.mediabask.eus/fr/info_mbsk/20220507/ramdam-passe-a-la-loupe-les-indemnites-des-elus-locaux

3 commentaires

  1. On peut ne pas toujours se déplacer, mais merci de votre engagement. Je pense que nous sommes très nombreux à vous lire. Merci de votre travail .

    J’aime

  2. ‌ Je me sens encore plus penaud de n’avoir pu venir, même si je me suis excusé pour mon absence. Aupa RAMDAM  

    J’aime

Répondre à Sanchez Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.