Budget de Hendaye : attachez vos ceintures !

Scoop ! Lors de conseil municipal du 23 février dernier, la présentation du compte administratif de la ville d’Hendaye n’est plus le fruit d’additions et de soustractions, comme à l’ancienne, mais d’un « atterrissage ».

La novlangue fait fureur dans les mairies car c’est une nouvelle façon de cultiver une certaine confusion dans les comptes de la ville et leur suivi. En bonne pratique comptable, avant de présenter les orientations budgétaires pour 2022, on s‘attendait à ce que les comptes administratifs pour 2021 soient bouclés.

Certes, le pilote de ligne (budgétaire) Kotte Ecenarro, qui exerce ses talents comme adjoint aux finances de l’Agglo ne l’oublions pas, a bien une idée du compte administratif 2021 de sa ville de Hendaye, et même si toutes les factures ne semblent pas avoir encore atterri sur son bureau, il voit déjà la piste.

Pourtant, pour arriver à ce résultat aléatoire, il s’est donné bien de la peine. La présentation des chiffres du document d’orientation budgétaire, est le fruit de vastes considérations nationales, internationales, mondiales, commentées pendant une heure, diapos à l’appui (76 diapos)

RamDam, admiratif, se fait un devoir de vous en communiquer les plus consistantes pour que chacun s’en imprègne. Attachez vos ceintures, nous  allons décoller !

Un bisou de l’hôtesse à celui qui pourra synthétiser ces données.

Un emprunt pour rembourser l’emprunt

En tout cas, chapeau bas à l’opposition qui est restée dépressurisée dans l’attente des chiffres de Hendaye et a même décelé, en séance, une confusion entre le montant de l’épargne brute et l’épargne de gestion et par conséquent, une erreur dans le ratio de désendettement ! Une prouesse de concentration après une heure sans masque à oxygène.

Dieu merci, les chiffres de la ville sont moins compliqués. Les voici :

Les recettes d’« atterrissage » 2021 sont en baisse de 4,6 millions par rapport aux recettes escomptées lors du Budget Primitif 2021. Mais pour 2022, une hausse des recettes de 7 millions est prévue, ou plutôt, décidée. Un emprunt de 5,6 millions d’€ est annoncé. Reste 1.4 millions à trouver … Par augmentation des taxes des Hendayais ?

A quoi va servir cet emprunt ? Le graphique « évolution de la dette » montre que l’emprunt en 2021 n’a servi qu’à rembourser un emprunt précédent. Ça, tout ménage surendetté sait le faire.  Croisons les doigts pour que le nouvel emprunt de 5,6 millions serve à autre chose qu’à enrichir les banques.

Kotte Ecenarro un vrai altimètre en matière de projets

Pas de soucis, ces recettes, emprunts et autres rentrées, vont faire décoller les projets, et question  projets, on peut faire confiance à Kotte Ecenarro.

La « requalification du cœur de ville » pour 6,555 millions d’€. Sûr que les retombées économiques, l’attraction irrésistible pour cette nouvelle escale va certainement faire concurrence à la plage, à l’Espagne, attirer les Parisiens (ah non merde, faut pas parler de ça).

C’est, n’en doutons pas le décollage d’un excellent investissement. Dommage que rien ne soit chiffré et qu’aucune projection n’ait été faite. Mais si c’est joli, tout le monde est prêt à payer.

Un vol à vue de nez

En outre, cette requalification du cœur de ville est très, très, très opportune.

Dommage que la « réhabilitation des Halles » se soit terminée en 2020 par un crash : leur disparition des écrans, transformées en salle de spectacle. Pourquoi ne pas avoir attendu pour inclure cette transformation -pour 2,2 millions d’euros- dans ce projet de requalification du cœur de ville ? Cela n’aurait-il pas témoigné d’un plan de vol plus logique, homogène avec les attentes des citoyens et surtout plus sérieux ?

Mais attention : requalification ne veut pas dire réanimation. Choisir entre une poignée de vendeurs de carottes ou de poulets derrière leurs étals et un pôle culturel, c’est quand même plus classe. Ce n’est pas parce que ça ne nourrit pas son homme que l’on n’assistera pas à une montgolfière d’effervescence intellectuelle qui va se répandre dans les bistrots du cœur de ville, bien au contraire.

Bref, en attendant ces jours heureux (mais chers) pour l’aviateur Kotte Ecenarro, RamDam n’a pas l’impression qu’il est bien aligné dans l’axe de la piste. S’il ne veut pas s’écraser sur le ventre des Hendayais, il a intérêt à protéger son arrière-train d’atterrissage.


Michel GELLATO

2 commentaires

Répondre à PIERRE ITHOURRIA Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.