Les €urodateurs du maire d’Urrugne

C’est évidemment « pour leur bien » que les habitants de Socoa vont être ponctionnés.

C

C’est évidemment « pour leur bien » que les habitants de Socoa vont être ponctionnés.

L’affaire des horodateurs de Socoa, un quartier d’Urrugne, est révélatrice d’un maire qui n’a d’autre conception pour boucler son budget que ponctionner ses concitoyens. Au moins, ce manque d’innovation a le mérite de ne pas trop fatiguer les neurones.

Toute la ruse est d’amener discrètement le projet pour mettre les citoyens devant le fait accompli, tout en faisant mine d’avoir obtenu leur accord. Facile !

D’abord, lors du Conseil municipal du 28 février 2021, glisser une petite ligne discrète : « acquisition d’horodateurs : 135 000 €. » noyée dans les 15 autres lignes de la « décision modificative n°4- Budget principal » (sans « s » ?)  présentées en vrac, sans plus d’explication. Pas étonnant que l’opposition se soit unanimement prononcée contre. (1)

Ensuite contourner la fameuse « culture démocratique participative » qui fait de l’effet sur les tracts électoraux, mais est bien gênante quand on veut faire ce que bon vous semble. Déjà, il y a cinq mois le projet d’installation des parcmètres devant les logis des 508 familles concernées avait fait l’objet d’une pétition signée par 489 personnes. (2) Ceci explique peut-être  que la mairie d’Urrugne n’ait lancé ni information générale, ni cahier de doléances ou autre réunion publique. Un conseil de quartier discret suffit pour faire la « publicité » du projet, non ?

Le plan du stationnement payant

Patatras ! une fuite mettra un stop à ce beau montage ! De résident en résident le bruit se répand et l’un d’eux  aura vent de la date du conseil de quartier, fera chauffer son imprimante et distribuera les infos dans les boites aux lettres, ce que la mairie d’Urrugne ne sait manifestement pas faire. Résultat : une centaine de personnes se présentent à la réunion du 10 février 2022. Le maire, pour un bref instant bavard, s’en félicitera à la façon de jean Cocteau : « Puisque ces mystères me dépassent, feignons d’en être l’organisateur».

UN regard nouveau pour le maire d’Urrugne, mais des méthodes bien anciennes.

Bien sûr, cette douceur se paye car tout le monde paye, touriste ou non. Oh ce n’est pas cher. Pour un résident, c’est 15 € par mois, pas beaucoup pour certains, beaucoup pour d’autres ; mais si votre famille nécessite deux voitures, là, c’est 27 € par jour, soit 810 € par mois : 3240 € pour les 4 mois d’été ! Ce n’est pas dit qu’à ce tarif, il vaille le coup d’aller travailler l’été.

Bizarrement, les Socotards ne se satisferont pas de ce cadeau empoisonné. Devant le mécontentement général le maire et son adjoint aux finances André Bayo sortent alors du béret magique, leurs cartes qui seront vite écornées. « Il y aurait eu des plaintes et de très gros problèmes ». Ah bon ! « Certains riverains qui possèdent des maisons ne se gareraient pas chez eux ». Oh les vilains ! « Il faut améliorer la rotation des véhicules (?) » Comme à Socoa, à part les restaurants, il n’y a aucun commerce, le sens de « rotation des véhicules » échappe ; quant à la gratuité totale pour les Socotards qui paient leurs impôts et donc les horodateurs, n’y pensez pas, « Ce ne serait pas permis par la loi ». Mais le maire, avocat, va cependant se pencher vers son service juridique. Ce qui en dit long sur le sérieux de la préparation du projet.

Le « pari » fait avec l’argent des contribuables

Mais en bredouillant tout et n’importe quoi, on devine la tactique récurrente pour faire avaler le projet. D’abord, les chiffres qui varient : parfois 135 000 €, parfois 20 000, parfois 40 000 (SO du 17/02) ; puis « ces horodateurs permettront l’embauche d’au moins 4 agents ! » Quel magnifique travail sans valeur ajoutée pour la société que voir tourner en rond un jeune avec un carnet de contraventions ! « Ce n’est qu’un projet » mais « 4 horodateurs ont été déjà achetés » , un agent par horodateur, ça va être facile à surveiller ; « Après une année d’apprentissage, on tire les leçons ». etc.. etc.. toutes ces déclarations disparates, contradictoires, en vrac quel en est le but sinon focaliser les échanges citoyens sur les détails du projet et donc, puisque le citoyen s’intéresse aux détails du projet, c’est qu’il a accepté le projet, non ? CQFD !

Cette situation amuse Laminak

L’étincelle de la soirée de ce conseil de quartier sera la déclaration d’André Bayo, adjoint aux finances, « Un investissement, c’est un pari » Parier avec l’argent public, pourquoi pas le loto ?

Voilà l’équipe que Philippe Aramendi a mis en place dont « l’objectif est de proposer un regard nouveau pour construire l’avenir d’Urrugne avec et pour l’ensemble des Urrugnards ».

Pas sûr que les incantations de Philippe Aramendi vont calmer les esprits des Socotards. Quand un maire affirme agir pour le bien de ses concitoyens, pourquoi le faire en douce ou en force ?

Michel GELLATO

  1. https://www.urrugne.fr/uploads/media/28092021DB125-_Decision_modificative_n__4-_Budget_principal.pdf
  2. https://www.change.org/p/mr-le-maire-d-urrugne-gratuit%C3%A9-du-stationnement-pour-les-r%C3%A9sidents-permanents-de-socoa-urrugne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.