Des citoyens qui se mouillent, ça existe

Pour une fois, RamDam a une belle histoire à vous raconter pour Noël. Une automobiliste qui avait atterri dans l’Adour a été sauvée grâce au courage de plusieurs voisins qui ont pris d’énormes risques.

Un correspondant très ému nous a raconté une singulière mésaventure, arrivée dans la nuit du 8 au 9 décembre 2021, au cours des inondations qui ont inquiété les riverains et perturbé la circulation dans les barthes basco-landaises.

Une conductrice aurait pu saluer le démon du fleuve Adour, si ….. quelques voisins ne l’avaient sauvée d’une noyade certaine. Cette dame, tentant d’échapper désespérément tant aux vents capricieux soufflant sur la route de Saint-Barthélemy qu’à la pluie qui tombait à verse et aveuglait ses phares, s’est brusquement retrouvée dans le fleuve après une embardée de son véhicule qui avait préféré l’eau glacée à la route humide de cette rive droite de l’Adour.

Le principal occupant  de l’île de Bérenx, toujours arrimée dans l’Adour malgré les vagues, était sorti pour ramasser les branches qui s’abattaient avec fracas autour de son manoir, emportées par les rafales des vents violents. Un bruit sourd, entendu malgré la tempête, suivi d’un plouf très atténué, puis les cris angoissés d’une riveraine attirent son attention. Voyant une masse sombre et inhabituelle sur la rive et n’écoutant que son courage, il se rue vers sa barque, quittant le havre bousculé de son ile, traverse le bras du fleuve pour rejoindre la rive. Il aperçoit le toit de la voiture et entend la très probable future noyée se débattre pour rejoindre la terre ferme.

L’île de Bérenx.

Il l’attrape d’un bras, seul dans son frêle esquif, et tente d’approcher du rivage ce paquet tout mouillé mais encore en vie. Epuisés tous les deux, ils n’ont plus la force de rejoindre la berge. On nous a raconté que deux voisins alertés par ce vilain tapage nocturne se précipitent, extraient des flots démontés cette pauvre femme en hypothermie et la hissent sur le ponton. A deux ils la portent sur la berge herbue et glissante. On la frictionne puis après l’avoir séchée, chacun lui donne qui une chemise qui un bonnet etc…, la décence nous interdisant d’aller plus loin. Cette dame, enfin sauvée de la noyade, est emmenée en urgence vers Bayonne pour être confiée aux secours pour des examens complémentaires.

En ces temps où chacun ne pense qu’à lui-même et à son confort, il existe encore des gens qui n’hésitent pas à prendre des risques, car il y en avait de réels dans ce cas précis. Nous savons que ce sauveteur septuagénaire ne demande rien, car il a fait son devoir, mais RamDam tient à mettre à l’honneur cet îlien dont la réaction par sa rapidité a sauvé cette dame d’une noyade certaine et dont l’altruisme fait honneur à notre pays qui oublie trop souvent son humanité.

Nous espérons qu’il reste, parmi nos représentants, des élus capables de se mouiller avec autant d’altruisme que ce citoyen.

Dominique de la MENSBRUGE

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.