Encore un pas de deux pour Nathalie Motsch

Une nouvelle fois la fantomatique conseillère municipale de Biarritz vient d’exaspérer son ancienne équipe par sa désinvolture.

Ah, ces photos anciennes, vestiges d’amour passées ! Si Nathalie Motsch garde deux ou trois supporters, ils sont nombreux dans l’ancienne liste électorale de 2020 « Biarritz en a besoin » à prier pour que de vieux clichés ne ressortent pas après s’être jurés de ne plus jamais faire de politique, tant l’attitude de leur ancienne tête de liste les insupporte. « Calamity Nathalie » comme elle était surnommée du temps où Veunac était aux manettes leur a en effet tout fait :campagne de deuxième tour sans prendre l’avis de quiconque, décisions impulsives et surtout, depuis son arrivée avec Sébastien Carrère dans l’opposition municipale, un absentéisme chronique et désolant et une désinvolture totale à l’égard des grands dossiers de la Ville.

La semaine dernière, on a failli sortir le champagne à RamDam 64-40 en apprenant que la narcissique avocate qui était persuadée en 2020 que Biarritz avait besoin d’elle et non de Maïder Arostéguy, s’était enfin rangée à nos arguments, en démissionnant après dix-huit mois d’un mandat plus qu’évanescent. On a le droit d’avoir peu de goût pour l’opposition, mais dans ce cas-là on ne dit pas à Sud Ouest qu’on n’a pas vocation à être « une potiche », ce qui est insultant pour tous les opposants consciencieux qui font leur travail. On se contente de laisser courtoisement sa place au suivant sur sa liste comme le prévoit la loi.

Le Facebook révélateur d’une élue qui ose s’affirmer « Personnalité politique » : pas une ligne depuis le 4 juillet 2020 où elle promettait aux imbéciles qui ne demandaient qu’à la croire une « opposition constructive mais vigilante ».

D’après les informations de RamDam, les numéros trois, quatre et cinq de la liste, à savoir Françoise Mimiague, Jean-Philippe Viaud et Marie Hontas ont été sollicités pour remplacer Nathalie au conseil municipal et ont décliné. C’est donc le sixième de la liste qui était aussi un brillant numéro 6 au sein du BO des années 90, Jean-Marc Irrigaray, qui a accepté de s’y coller, ce qui augurait d’un beau tandem d’opposants avec Sébastien Carrère, tant le duo a envie de bien faire et d’amener sa compétence à la cause municipale. C’est ainsi que tous les ex-membres de la liste « Biarritz en a besoin » ont cru que la cause était entendue : Jean-Marc Irrigaray siègerait au prochain conseil municipal, le 17 décembre prochain.

Lors d’un meeting au Colisée, Jean-Marc Irrigaray, tout à gauche, avec Chantal Bozon à ses côtés.

Bozon met le boxon

Mais se conformer aux traditions républicaines est une idée beaucoup trop simpliste pour l’avocate Motsch. Depuis le début, l’ex-future conseillère municipale a sa petite idée et, au mépris de toute logique républicaine, veut refiler sa place à sa grande copine Chantal Bozon qui était en septième position sur sa liste. Une vieille routière de la vie municipale puisque cette dernière a été conseillère municipale à Bassussarry aux côtés de Paul Baudry sans jamais trouver quoi que ce soit à redire aux exploits du premier magistrat, passé pourtant par la case Justice. Nathalie savait que ses successeurs dans la liste, soit parce qu’ils ont déjà beaucoup donné, soit parce qu’ils sont trop pris par leurs activités actuelles, ne postuleraient pas à son siège, mais n’avait pas prévu que ce gros lourdaud d’Irrigaray allait se déclarer.

Apprenant que ce n’est pas sa copine Chantal qui allait la remplacer,  vous ne devinerez jamais ce qu’a décidé l’ex-adjointe à l’Urbanisme et grande chouchoute de Didier Borotra ? Elle est revenue sur sa décision de démissionner et a décidé de continuer à siéger, plongeant RamDam dans un désarroi total.

Chantal Bozon, en 2014, quand elle posait juste derrière Paul Baudry. (Photo Sud Ouest)

Face à une telle abnégation, une telle passion républicaine, un tel don de soi au service de la Ville, un modeste klaxon peut-il suffire à saluer les qualités de cette élue ? Ne faut-il pas envisager un cor de chasse, une corne de brume ou une sirène de pompiers pour honorer un tel talent ? Vite, vos idées !

Jean-Yves VIOLLIER

2 commentaires

  1. Quelle déception ce doit être de voir ce manque de mémoire via tous ceux qui lui ont permis de donner le change durant toute la campagne, ceux qui l’ont portée, soutenue, et si fidelement défendue même lorsque c’était pratiquement impossible. A cette femme qui se disait defenderesse de Biarritz et des biarrots, et qui a si précipitamment lâché l’affaire après la défaite, on peut faire remarquer que ses électeurs aussi ont ressenti sa toute petite empathie et son peu d’investissement aussi, comme opposante ! Ceci étant, je tiens a remercier Sébastien Carrere, qui, respectueux de vos électeurs, est un opposant actif et représentatif de son électorat. C’est tout de même autre chose ! et il serait logique que son binôme soit quelqu’un qui, comme lui représente fidèlement les biarrots qui ont voté pour cette liste. Des gens comme lui, oui, Biarritz en a besoin. Alors Madame, faites place aux vrais investis pour l’avenir de Biarritz et des biarrots, car nous en Avons Vraiment Besoin !!!
    G. Malabat

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.