PLU mon amour à ASCAIN

L’élue d’Ascain a été condamnée à 2000 euros d’amende. Le procureur a fait appel.

De suite les grands mots : « Recel de biens !  prise illégale d’intérêt !», pour ces motifs, suite à une plainte de l’association « Ascain cadre de vie », le tribunal correctionnel de Bayonne vient de condamner cette pauvre Madame Lacarra-Dagorret, l’élue d’Ascain aux affaires sociales.

Jugement prononcé par le Tribunal Correctionnel de Bayonne reçu le 18 novembre 2021

Certes, l’aménagement du PLU d’Ascain qu’elle avait instruite en tant qu’élue, par un hasard fort heureux et bien sûr inattendu, avantageait largement les intérêts immobiliers de son mari. Du grand classique. N’en sommes-nous pas plus habitués qu’offusqués ? Habitués de même de l’inhumaine cruauté du tribunal qui a condamnée Madame Lacarra-Dagorret à l’amende inouïe de … 2 000 € ! A ce tarif-là, un voleur de bicyclette serait condamné à rendre la pompe à vélo.

Mais il faut dire que son Mari, Philippe Lacarra a su attendrir les cœurs. Souvenez-vous, en 2018, pour ces mêmes faits, RamDam avait sélectionné Madame Lacarra-Dagorret pour l’attribution d’un klaxon. Quelle ne fut pas la surprise de RamDam de recevoir de Monsieur Lacarra, en avril 2021, deux ans et demi après la publication de l’article, un droit de réponse à notre parution. (ramdam6440.fr/2021/04/22/trois-ans-apres-la-famille-lacarra-se-reveille/)

Deux ans et demi pour réagir ! Fichtre, chez les Lacarra, quand on ne parle pas de sous, la comprenette est lente.

Bref, Monsieur Lacarra, tel Duguesclin, se posait en bouclier protégeant sa femme, sa famille, et plus si affinités. A son « indignation, à sa profonde tristesse et colère » dues aux « fausses informations véhiculées à dessein » s’ajoutait une sourde menace :  « une association dont le but est de moraliser la vie publique devrait s’assurer de la véracité des informations avant de les publier ».

RamDam 64-40, tout tremblotant, fut fort marri de devoir rechercher dans trois ans d’archives l’objet du juste courroux de ce Monsieur. Aussi notre réponse fut : « Ce réveil tardif ne serait-il pas en lien avec le futur jugement du tribunal correctionnel attendu le 1° juin prochain ? » Effectivement, la posture héroïque, pour ne pas dire romantique, de Monsieur Lacarra défendant l’honneur de sa dame Anita Lacarra-Dagorret n’a pu retenir le glaive de la Justice.

Un glaive bien émoussé. A tel point que, devant la gravité des faits et l’inconsistance de la peine, le procureur a fait appel ; appel qui sera jugé au tribunal de Pau. À suivre donc.

Mais nous respirons : les Lacarra n’auront pas à se saigner aux quatre veines pour honorer l’amende de 2000 Euros. Des deux terrains en question  (un premier leur appartenant et l’autre dont Mme Anita Lacarra-Dagorret gérait l’indivision), terrains dont la plus-value a augmenté de 10 à 12 % grâce à la gestion du PLU d’Ascain en bonne mère de famille par la vaillante Anita, l’un d’eux vient d’être vendu pour 1,530 millions d’€.

Rien de mieux qu’un pansement en bons billets de banque pour soigner une blessure honteuse.

Michel Gellato

Précision : le jugement ci-dessus date du 1° juin 2021 mais vient juste d’être communiqué (le 18 novembre 2021) à la partie civile !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.