Mont-de-Marsan,  paradis de la concurrence déloyale  ?

Les 13 hôteliers indépendants de la capitale des Landes constitués en collectif se rebiffent. Ils font savoir leur opposition au projet de construction d’un hôtel 3 étoiles de 69 chambres en lieu et place de l’emblématique bâtiment des Nouvelles-Galeries situé dans l’hyper-centre. Nos  »aubergistes » ont du mal à digérer ce pastis landais élaboré sur fonds publics accordés à un promoteur privé par la municipalité montoise qui vient de céder pour le franc symbolique un foncier d’une valeur estimée à 1,8 M d’euros.

Bis repetita car rappelez-vous, les élus de Mont-de-Marsan sont coutumiers du fait puisqu’en 2014 la maire de l’époque Geneviève Darrieussecq avait accordé une subvention de 1,5 million d’euros pour la construction d’un cinéma multiplexe, subvention  que le Conseil d’État a jugé illégale et que l’actuelle municipalité dirigée par celui qui à l’époque était adjoint aux finances, Charles Dayot va devoir rembourser.
https://ramdam6440.fr/2021/03/18/le-soldat-darrieussecq-mis-aux-arrets-du-conseil-detat/

Dominique LAPIERRE

Dayot continue à faire le ménage à Mont-de-Marsan

Après une trêve estivale de l’actualité politique c’est la rentrée et dans les Landes les affaires reprennent. Charles Dayot maire LR de Mont-de-Marsan reprend l’opération d’épuration qui consiste à se débarrasser des membres de sa majorité ayant la mauvaise idée d’afficher leur soutien à la majorité présidentielle incarnée par la ministre déléguée aux armées, Geneviève Darrieussecq.

Marie-Pierre Gazo vient de perdre sa délégation.

Marie-Pierre Gazo, adjointe à la solidarité en est la dernière victime collatérale :  le maire vient de lui retirer sa délégation. Lors des élections départementales de juin dernier cette ancienne attachée parlementaire de Geneviève Darrieussecq avait eu l’outrecuidance de se présenter sous l’étiquette du mouvement LREM face à deux candidats LR, ce qui lui sera fatal. Cet épisode fait suite à la destitution de Pierre Mallet (Modem) et Philippe Saës (DVD), qui en mars s’étaient également vus retirer leurs délégations d’adjoints à l’agglo du Marsan dirigée par un cerain Charles Dayot,  »le coupeur de tête ».

Blanco s’est retrouvé à poil

Imagine-t-on, le 20 juin 1987, le meilleur arrière du monde se présenter sans son short et ses chaussures à crampons pour disputer la finale de Coupe du monde de rugby à Auckland face à la Nouvelle-Zélande ? Toutes proportions gardées, c’est un peu la mésaventure qui vient d’arriver à Serge Blanco quelques trente-quatre ans plus tard. Le porte-flingues de Jean-Baptiste Aldigé avait annoncé à tout le monde, y compris à Maïder Arostéguy maire de Biarritz, qu’il allait devenir président du rugby amateur. Las, lorsqu’il a présenté sa candidature à la présidence, suite à la démission de Sébastien Beauville lors du conseil d’administration du 15 septembre, celui qui s’avère ne vraiment pas être le meilleur tacticien du monde avait juste oublié un détail : dans une association pour pouvoir se présenter, il faut être à jour de sa cotisation. On vous rassure, à RamDam 64-40, association citoyenne, tous les présidents successifs ont pour leur part payé leurs cotisations rubis sur l’ongle.

Le verdict est tombé, Biarritz ne jouera pas à Aguilera !

Le Biarritz Olympique devient le « Biloute Olympique » et va jouer tous ses matchs de Challenge européen à Lille. C’est un sacré coup dur pour les Biarrots ! En effet, il a été officiellement décidé que les deux prochains matchs de Challenge Cup ne se joueront pas à Aguilera mais bien à Lille, au Stadium Nord de Villeneuve-d’Ascq. Cette délocalisation fait référence aux installations « non-conformes » du stade basque pour la Coupe d’Europe. Aldigé ne sait sûrement pas que le stade d’Anoeta à Donosti-San Sebastian est un stade homologué en Pays Basque. Serge Blanco, son homme lige, aurait dû le conseiller, mais pour cela encore faut-il avoir l’amour de ses couleurs et le respect de son public.

Philippe Rio, de Grigny, élu meilleur maire du monde

Un coup de chapeau et félicitations pour la belle récompense attribuée au maire communiste de Grigny. Philippe Rio, édile de cette ville de l’Essonne depuis 2012, a été élu meilleur maire du monde par la City Mayors Foundation lundi 13 septembre. Il a été distingué parmi une trentaine d’autres maires de 21 pays différents qui se sont tous illustrés pendant la pandémie de Covid 19 , un thème que la City Mayors Foundation voulait central pour récompenser les meilleurs élus de l’année 2021.

« C’est sympa, mais je ne vais pas prendre le melon. C’est un encouragement pour soulever les nombreuses montagnes sur notre chemin », a déclaré Philippe Rio au Parisien après avoir appris la nouvelle. Grigny, 30.000 habitants, fait partie des villes les plus pauvres de France. « Si aujourd’hui ce titre peut aider un gamin qui cherche un stage et qui affiche fièrement Grigny sur son CV, qui ne change pas sa ville parce qu’il en a honte ou parce qu’il sait que c’est discriminant, on aura gagné quelque chose de très important », a-t-il ajouté sur France Info.

Et dire qu’au Pays basque, personne n’a eu l’idée de proposer la candidature de Michel Veunac, comme meilleur maire du monde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.