Rouler l’opposition dans la farine, tout un art !

Quel est le privilège d’être maire ou président si on ne s’offre de loin en loin un petit caprice ? Les choses se compliquent quand les élus d’opposition se montrent curieux. La preuve à Hendaye.

Inspiré par la brise océanique, RamDam 64-40, dans son immense bonté, a décidé de vous offrir un cours magistral pour apprendre à noyer le poisson.

Prenons comme exemple (au hasard) le compte rendu du conseil municipal d’Hendaye du 30 juin 2021, « délibération 096 2021 Décision modificative Budget Principal »

Le maire, Kotte Ecenarro doit annoncer une dépense supplémentaire de 250 000 € pour terminer la passerelle dans la baie de Txingudi, passerelle qui a déjà coûté un bras (de mer) et dont RamDam s’était ému dans sa lettre au maire du 28 janvier 2021, restée sans réponse bien sûr !

Les vertus d’un bon charabia

Donc, le maire y va tout net : terminer la passerelle coûte 250 000 € supplémentaires, mais attention « ce n’est pas une dépense supplémentaire »

Surprise des élus et question  : ces 250 000 € supplémentaires nécessaires, c’est quoi?

Alors là, admirez la vertu d’un bon charabia :

« nous rajustons des sommes connues » « nous avions inscrit les dépenses HT », « mais il fallait les inscrire TTC », « nous récupérons la TVA bien sûr » « mais il n’empêche qu’il faut les écrire en TTC » « nous avons raisonné en différence entre HT et TTC » « les subventions nous sont versées en HT » « il faut les mettre en TTC » « mais d’un autre coté via le fond de compensation, nous récupérons la TVA » « donc, si nous faisons l’opération, avec la TVA déduite, nous sommes sur de montants HT et non TTC » donc « les 250 000 € que nous réintégrons ne sont pas des coûts supplémentaires »

Tout ça quasiment sans respirer !

Malgré cette obscure clarté qui tombe de l’étoile hendayaise, l’opposition qui n’a rien compris, (et nous comprenons qu’ils n’aient rien compris) repose sa question  : 250 000 € pourquoi faire !

Nouveau baratin aussi limpide que le précédent (que nous résumerons pour que le lecteur ne se retrouve pas comme les conseillers municipaux, lassés d’un long verbiage)

« la réalité est qu’il est nécessaire d’inscrire 250 000€. mais alors pourquoi ? je ne l’ai pas dit tout à l’heure » « mais encore une fois qui se financent aussi quand nous les prenons en HT ou en TTC selon l’explication que je vous ai précédemment donnée »

Complètement décontenancé par ce nouveau boniment, l’opposition repose pour la troisième fois la même question, mais entrevoit une possibilité : ce ne serait pas par hasard, « la différence entre l’estimation du projet et son coût réel ? »

Kotte Ecenarro saute alors sur l’occasion de trouver une réponse en chiffres, sans avoir à dire à quoi servent ces 250 000 €. « Oui, mais c’est un montant dérisoire »

250 000 €, c’est un « montant dérisoire » ! Déclaration significative de quelqu’un dont le respect de l’argent public importe autant qu’un roller à un cul de jatte.

Avoir plus d’estomac que ses opposants

Profitant de l’effet d’esbrouffe il continue : « il y a d’autres plus-value » (dans le jargon de Kotte Ecenarro, les surcoûts, ce sont des plus-values) Il poursuit : « suite à l’attentat de la cabane de chantier » (« l’attentat », rien de moins ! qui n’est peut-être du qu’à un court-circuit !) « Il a fallu ajouter 30 000 ou 35 000 € » (voyez la précision comptable, mais quand, pour lui, 250 000 € c’est dérisoire, on ne va pas chipoter pour si peu)

Et des dépenses, ce n’est pas fini  (Rappelons que la passerelle a été inaugurée le 15 avril soit 2 mois et demi plus tôt) « il nous arrivera peut-être encore des factures, ceci n’est pas exclu! »

A ce niveau, jet de l’éponge de l’opposition et nous ne saurions les blâmer.

Donc, pour Kotte Ecenarro, opération réussie : on passe à autre chose, il n’aura pas à justifier la substance des 250 000 € qu’il faut aligner.

Vous voyez la méthode : toujours éluder la question qui fâche, en noyant le poisson par des chiffres répétés sans cesse, en rond, d’une façon ou d’une autre et surtout avoir plus d’estomac que ses opposants, profiter de leur stupéfaction et les avoir à l’usure.

Précision : après recherche dans les Décisions Modificatives (tableau des DM N°1 2021), RamDam affirme que les 250 000 euros à aligner sont bien inscrits en dépense, dépense compensée par une nouvelle subvention DSIL* de 158 936 € (pour Kotte Ecenarro, une subvention, c’est de l’argent qui tombe du ciel, ça ne coûte rien à personne) et un renoncement à l’achat prévu d’un local rue des Allées à Hendaye pour 91 064 €. (admirez, pour une fois la précision pour un achat non fait, mais ne rien acheter, c’est comme les soldes, ce sont même des économies.)

Rappel : cette comptabilité confuse et à la louche, c’est la façon dont le vice-président aux finances de l’Agglo la gère. A l’agglo, avec 630 millions d’€ de budget, y-a de quoi faire !

Michel GELLATO

* DSIL : dotation de soutien à l’investissement local

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.