Hendaye au bout du fil

Avec son téléphérique, Kotte Ecenarro aurait-il pété un câble ?

Pour son projet de « requalification du centre-ville », qui s’inscrit dans le programme « petites villes de demain » dont l’ambition est « révéler le potentiel des petites villes pour des territoires de cohésion au cœur de la relance », programme vaste s’il en est, le Maire Kotte Ecenarro a mandaté pas moins de 3 cabinets : Fly, Méthode et Philippe Fabre, pour établir le « diagnostic et le schéma directeur »

Cela valait la peine de s’adresser à de tels professionnels, car pour la section « mobilité, circulation et stationnement, transports à venir » TOUT a été prévu ; mieux, anticipé.

Certainement en prévision de la montée des eaux dues au réchauffement climatique, ou pour évacuer les personnes menacées par un possible tsunami, ou simplement offrir une promenade panoramique aux touristes, un téléphérique est envisagé.

Et pas n’importe lequel : pour 2000 passagers par heure, le citoyen peut choisir entre les trois modèles proposés.

TRANSPORTS à VENIR …..

D’où partira -t-il ? Où sera implantée la gare supérieure ? Ce n’est pas précisé.

Ce qui montre bien que 3 bureaux d’études pour un tel projet ne suffisent pas pour aider le maire à décider de l’opportunité d’un téléphérique pour une ville au niveau de la mer. Aussi, Ramdam se joint à eux pour combler d’importantes lacunes. Puisque le bilan carbone semble aussi important à ces consultants qu’un canif suisse à une poule, Ramdam y va de bon cœur : pourquoi pas une navette d’hélicoptères ? Ce qui représente l’avantage de la modularité des lieux de départs et d’arrivée, traversant même la Bidassoa si besoin est. Pas mal hein ? Et conseil gratuit.

Parce que, entre le contrat initial et les avenants, la prestation coût déjà 43 520 €. Certains diront que c’est cher, mais au moins on sait à quoi ces cabinets et ces sommes sont affectés. C’est un progrès, à Hendaye ce n’est pas toujours le cas.

Lors du conseil municipal du 28 avril 2021, concernant un audit demandé en novembre 2020 au Cabinet privé parisien Espelia, l’opposition (Monsieur Destruhaut) pose quatre questions toutes simples :

  1. « Quelle est leur mission à Hendaye ?
  2. Pouvons-nous avoir accès à ce rapport d’audit ? Quelles en sont les conclusions ?
  3. Quand connaitrons-nous le résultat de leur travail ? A qui sera présenté ce travail ?
  4. Quel est le coût de cette prestation de la Société Espelia ? »

Les questions n’étant pas à l’ordre du jour, le maire n’a pas répondu, mais juré-craché, vous saurez tout au prochain conseil. Malheureusement Ramdam a consulté ce dernier conseil municipal, sans rien trouver.

Monsieur Destruhaut va plus loin. Evoquant le Rapport d’Orientations Budgétaires, « Il avait été mis en avant une Autorisation de programme (AP) pour le « cœur de ville » qui devait être présentée lors du Budget Primitif du 31 dernier. Cela n’a pas été fait. Est-ce vraiment un oubli ou une volonté de votre part de faire des effets d’annonces? Est-ce à dire que le programme « petites villes de demain » va devenir à lui seul une Autorisation de Programme qui englobe toutes les Autorisations de Programme déjà existantes et à venir, une sorte de fourre-tout dans lequel il vous sera facile de nous expliquer votre propre version des opérations. »

L’opposition hendayaise se joint ainsi aux reproches souvent faits aux élus d’appeler trop fréquemment des cabinets d’études, même quand leurs propres services (agglo, mairie, département) possèdent le savoir-faire ou qu’existent des associations citoyennes prêtes à y répondre bénévolement.

Mais voilà, mandater systématiquement les « cabinets-conseils » présente bien des avantages: si la décision du maire s’avère être une grosse bêtise, la faute en sera supportée par le bureau d’étude; et puis, ces ‘cabinets conseils’ ne posent pas de questions gênantes. En général, leur réponse est conforme à la demande du mandataire. Quel bureau d’étude objecterait de l’opportunité de rentre constructible un terrain appartenant, simple casualité, à un élu ? Quel autre ferait remarquer que le projet purement populiste d’un maire devient d’autant plus pressant que les élections se rapprochent ? Cette non-curiosité se paye !

Quant au prix total de la « requalification » du centre-ville d’Hendaye, ne vous attendez pas à connaître bientôt la douloureuse à la charge du citoyen ; la mairie d’Hendaye souffre toujours de viscosité dans de telles communications, mais, remercions les conseillers municipaux d’opposition d’avoir éveille notre curiosité.

A suivre…

Michel Gellato

2 commentaires

  1. Kotte Ecenarro a-t-il bien été élu « démocratiquement » dans la bonne ville d’Hendaye …? Ou a-t-il fait un « coup d’état » …? Que les Hendayais prennent leurs responsabilités et disent s’ils ont envie d’être traités comme des « buses » ou comme des citoyens normaux et lucides … Rien n’empêche la totalité des conseillers de l’opposition , et éventuellement ceux de la majorité qui ne seraient pas d’accord avec lui , de démissionner et de provoquer de nouvelles élections …. Il est insupportable de devoir intervenir , comme une ONU vernaculaire , à tout bout de champ et sur les sujets les plus triviaux parce que des électorats ineptes ou inaptes ont élu ou reconduit des élus nullissimes ou malhonnêtes …

    J'aime

    1. Cher Monsieur,
      Dois-je vous féliciter pour ce message bien pessimiste.
      Si les élus, quel que soit leur bord, ont oubliés qu’ils étaient la voix des citoyens, pourquoi se sont-ils présentés ?
      Pour beaucoup, (mais non pour tous) le mot déontologie semble remplacé par « arrangements » ici et là pour avoir un « poste » ou une « posture »
      Mais je serais plus magnanime que vous envers les électeurs.
      Je mesure à RamDam, les difficultés que nous rencontrons pour abattre les murs du silence et ne pas être saoul des communications ampoulées, vides, bêtement prétentieuses, quand elles ne sont pas mensongères ; de cette langue de bois en ronce de noyer poli, dont on nous abreuve et tout particulièrement en cette période électorale.
      Comment un citoyen qui a famille et travail peut dégager assez de temps pour s’y retrouver sans sacrifier l’un ou l’autre.
      Tôt ou tard ce mépris envers les électeurs, ou se désir de leur cacher … se retourne contre eux, car on ne peut se moquer des gens indéfiniment.
      Quant aux élus vertueux il n’est pas facile de sortir du sac dans laquelle, trop souvent, l’opinion publique les classe tous. C’est d’ailleurs un des buts de la distribution des harpes de RamDam de distinguer les élus avec qui il est bon d’échanger de ceux qui vont jusqu’à l’affrontement pour nous faire taire.
      Au plaisir de vous lire,
      MG

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.