Bayrou, le commissaire aux plantes… en Pau

François Bayrou, le commissaire aux plantes : Tel l’Attila du Béarn, dans sa furie défoliante, notre Bayrou (que tout le monde nous envie) après avoir zigouillé le tiers des arbres sur le trajet de son tranmbus (unique au monde bien sûr) s’en est pris aux tilleuls de la place de Verdun.

Ces tilleuls centenaires, certainement passés de mode, furent remplacés par des ormes, à coup sûr bien plus beau, mais il faudra attendre quelques décennies. Patatras, un coup de vent rageur, (ou vengeur ?) et ne voilà-t-il pas que les ormes se retrouvent à terre ? Explication : ces arbres sont greffés et cette greffe fragilise le pied ! Du coup il a fallu abattre ceux qui restaient : Cinquante ! Décidément entre François Bayrou et la nature, la greffe ne prend pas.

Interview surréaliste de Nathalie Motsch dans Mediabask. Suite aux protestations de RamDam sur son absentéisme perpétuel, l’élue biarrote d’opposition explique que la page blanche dans «  Biarritz Magazine  » était «  délibérée  » et représentait sa «  réponse à la situation actuelle du BO  ». Et si Nathalie Motsch assiste à un conseil sur trois, c’est uniquement pour minimiser son empreinte carbone et ménager la planète  ?

◦ « Mariés au premier regard » et divorcés au second : C’est certainement inspirés par la célèbre émission de télé-réalité de M6 que les élus de Cazères-sur-Adour ont entamé leur mandat. En effet il n’aura fallu que quelques semaines de cohabitation pour que sept conseillers municipaux sur les quinze constituant l’équipe au pouvoir démissionnent pour incompatibilité avec Anne-Marie Mouchez, la maire qu’ils avaient portée à la chefferie du village. Du coup obligation de repasser par les urnes le week-end dernier et là patatras, Madame le maire, qui pourtant n’était pas partie à la chasse, perd sa place. Elle va devoir refourguer son écharpe tricolore sur le site « Vinted », dont la devise est « Tu ne le portes plus ? Vends-le ».

Le régime de la terreur serait-il de retour  ? Dans l’agglo du Marsan le spectre des « Montagnards » réapparait ? Nous avions déjà relaté l’ambiance délétère qui régnait au sein de la communauté d’agglo du Marsan : le feu couvait depuis plusieurs mois mais il a été attisé par une lettre ouverte de quinze frondeurs remettant en cause le mode de gouvernance du président Charles Dayot. Du coup le « Robespierre de Mont-de-Marsan » avait répliqué en coupant des têtes, en l’occurrence en retirant la délégation de l’un de ses vice-présidents, Pierre Mallet. Dernier épisode jeudi dernier lors du vote du budget primitif 2021, les frondeurs s’estimant ignorés, menacés, punis et n’osant plus s’exprimer en public ont réclamé un vote à bulletin secret, décision qui a obtenu la majorité. Il est très rare que des élus ne s’engagent pas dans la transparence sur une décision financière aussi importante qui conditionne le fonctionnement de la collectivité sur un an. Pour finir nos rebelles se sont contentés de voter blanc et le budget a donc pu être adopté, mais la guillotine n’est pas remisée pour autant… À suivre.

Retour de La Terreur à Mont-de-Marsan

La fin du du système Poulou : Comme André Gide qui écrit dans les Nourritures terrestres « famille, je vous hais », la conseillère départementale LR de Ciboure Isabelle Dubarbier-Gorostidi distille son venin contre sa famille politique . Elle annonce par voie de presse qu’elle ne briguera pas de nouveau mandat lors du scrutin de juin prochain. Suite à son échec cuisant lors des municipales de juin 2020, la candidate adoubée par l’ancien maire Guy Poulou, est la victime collatérale de son mentor. Impossible pour Isabelle Dubarbier de rassembler autour d’elle les listes opposées au système Poulou. Assurant ainsi une victoire de la liste Abertzale contre les trois listes de droite. Pleurer sur son échec, en vouloir à ses amis politiques , qui lui retirent l’investiture pour les départementales, n’est pas nouveau dans le monde politique. Se rendre compte de ses erreurs est plus honorable. Ce n’est pas le cas avec la future ex- conseillère départementale. Exit Dubarbier au profit de Patricia Arribas-Olano, adjointe à Saint-Jean de Luz , membre de la « famille » dont la marraine en politique est MAM.

Après le CDS, le RPR, l’UDF, le MoDem etc. François Bayrou affirme sa fidélité à LREM … Dans de récents interviews à divers médias, François Bayrou, le maire de Pau et haut-commissaire au Plan a parlé notamment de sa relation avec le chef de l’État qu’il soutiendra en 2022, s’il se représente. François Bayrou a assuré de son soutien fidèle LaREM et après avoir examiné un parcours politique particulièrement riche et varié, nous sommes presque en mesure d’affirmer que sa famille politique serait le centre-droit, le centre-gauche, le centre, la droite modérée, la gauche sociale, la droite sociale, les radicaux de gauche, la social-démocratie, les chrétiens démocrates etc. Il envisage d’ailleurs de rejoindre le groupe WhatsApp de l’Élysée pour parfaire son parcours. Maintenant, nous en sommes certains, François Bayrou sait rester libre et indépendant car en politique, il convient d’être précis, le diable est dans les détails et il est important que la pensée ne soit pas confuse.

Ils n’auront pas d’enfants ensemble : aléas du divorce par mécontentement mutuel à Sainte-Suzanne : Fin 1972 le préfet signe l’arrêté de rattachement de la commune de Sainte-Suzanne à celle d’Orthez mais quarante deux ans plus tard après des relations orageuses dans le couple lancement de la procédure de divorce dite de défusion. S’en suivent des avis unanimes de toutes les parties favorables à cette séparation à l’amiable, seul le préfet de l’époque s’oppose à la décomposition de cette union. Place dorénavant à la justice qui émet un refus d’un premier recours puis qui en 2020, en appel désavoue la décision du préfet. Le 8 avril dernier l’actuel préfet des Pyrénées-Atlantiques vient de rejeter de nouveau la demande de séparation des deux communes sous prétexte qu’Orthez dont la situation financière est précaire ne peut être amputée de 10 % de recettes fiscales provenant de sa fusionnelle Sainte-Suzanne. Dormez bonnes gens, par sa décision le préfet nous réaffirme la continuité du service public quitte à avoir du mal à nous définir la notion de « service ». Cette saga aura au moins le mérite de nous rappeler l’existence et le sens du terme peu usité de défusion

A Pouillon on est pas si couillon : Fait suffisamment rare pour être relevé, à Pouillon commune landaise de 3000 habitants la nouvelle équipe municipale se distingue en matière de fiscalité. Alors que moins d’un an après avoir été élus, de plus en plus de maires augmentent ou envisagent d’augmenter la taxe foncière, le conseil municipal de Pouillon vient de décider une baisse du taux de la part communale de cet impôt. Les élus constatant l’augmentation régulière de la base d’imposition et conjointement l’augmentation démographique de la commune en sont arrivés à cette conclusion à contre courant des jérémiades de tous bords de la majorité des édiles sur leur perte de pouvoir d’achat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.