HAUT LES MAINS … PEAU DE LAPIN !

Pour lutter contre un trafic en progression, le maire de Sanguinet a doté sa police municipale d’armes létales et pourtant ce trafic n’était que routier.

Si votre GPS vous amène à traverser Sanguinet, n’oubliez pas d’attacher votre ceinture et de porter votre gilet pare-balles car vous pourriez bien vous retrouver avec un pistolet sur la tempe à la première infraction.
Les maires nouvellement élus ont une fâcheuse tendance à vouloir absolument marquer leur début de mandat par un coup d’éclat. Christophe Labruyère nouvel édile de Sanguinet, cette sympathique bourgade de 4 400 habitants située sur les bords du lac de Cazaux, n’a pas échappé à la règle.
C’est ainsi que l’heureux élu a réussi avec l’aide de son employeur* à créer le buzz en plaçant sa commune première du département des Landes. Première commune à doter ses trois policiers municipaux d’armes létales. Le maire justifie cette décision  :
 » Il y a un trafic routier très important et beaucoup de nos concitoyens considèrent que trop d’automobilistes roulent trop vite  … Donc, pour avoir plus de réactivité et répondre aux attentes, c’était une décision qui nous semblait opportune…Équiper la police municipale d’armes létales est une demande des agents eux-mêmes pour se sentir plus en sécurité dans leurs missions au quotidien »
Alors que dans la majorité des communes pour réguler la circulation on installe des ralentisseurs, des chicanes, des caméras ou des radars, à Sanguinet on installe des flingues, ça c’est du radical. Anne Hidalgo maire de Paris devrait en prendre de la graine.

On attend maintenant avec impatience l’affichage du barème sur les panneaux municipaux et à l’entrée du saloon :

⦁ traverser en dehors des clous – 2 balles
⦁ se baigner sous drapeau rouge – 3 balles
⦁ sortir après 18h sous couvre-feu – 5 balles
⦁ occupation illégale d’un abribus – 10 balles
en fait pour les jeunes du village désormais  »Vivre à Sanguinet c’est d’la balle »

Le quotidien Sud-Ouest de la semaine dernière nous informe que tout est prêt

C’est suite aux attentats de 2015 que l’État par la voix de Bernard Cazeneuve avait incité les maires à équiper leurs policiers municipaux d’armes de poing. Depuis plusieurs textes réglementaires ont permis l’inflation des calibres utilisables et plusieurs communes en majorité importantes ont profité de cette opportunité pour s’équiper en quincaillerie.

Quand la police municipale jouait du tambour

Pour les vieux cons qui en étaient restés à l’image du garde-champêtre avec son vélo et son tambour, la découverte de l’existence d’un cluster de grande délinquance dans cette modeste cité balnéaire située entre Arcachon et Biscarosse a été un choc. D’autant plus que durant les mois d’été la commune bénéficiait d’une présence sur place d’un poste de gendarmerie avancée. Mais pour son premier magistrat, la situation était si critique qu’elle nécessitait de faire appel à l’artillerie , sans s’embarrasser pour autant d’une décision de son conseil municipal.

Alors pour Noël, en attendant l’intervention du GIGN, nos shérifs à qui on ne peut rien refuser, vont pouvoir demander des fusils à pompe, outils indispensables dans notre région régulièrement noyée par les inondations.
Même si l’on peut penser que ce maire shérif s’est tiré une balle dans le pied, cette audace fera sans nul doute des émules. D’ores et déjà le maire de Dax annonce vouloir armer sa police.

Pour en finir sur une note optimiste nous avons tout de même trouvé une raison de nous réjouir ; grâce aux élus visionnaires les marchands d’armes et de gilets pare-balles vont pouvoir se faire des douilles en or et cela en cette période de crise économique c’est une putain de bonne nouvelle.

*C’est la liste menée par Fabien Lainé, député des Landes et précédent maire qui a remporté les dernières élections municipales. Mais pour cause d’incompatibilité de cumul de mandats, c’est son colistier Christophe Labruyère qui ne figurait qu’en cinquième position sur la liste qui a été élu maire. A noter que Mr Labruyère n’est autre que l’attaché parlementaire du député Mr Lainé, qui de fait est donc son employeur et que du coup les mauvaises langues prétendent que le député devenu aujourd’hui simple conseiller municipal continue ainsi à diriger la ville en sous-main.

Dominique LAPIERRE

Vous avez apprécié cet article, alors faites le savoir autour de vous, partagez le car notre force de frappe dépend de notre diffusion, en l’occurrence du nombre de nos abonnés à ce blog (abonnement colonne de droite en page d’accueil)

6 commentaires

  1. Bonjour,
    Si cela continue, ces nouveaux shérifs vont nous la faire à règlements de comptes à OK corral ! Les opposants n’ont cas bien se tenir !

    J'aime

  2. Je trouve votre article un peu caricatural… Une police à l époque où nous vivons, qu elle soit nationale ou municipale, doit être armée. Même dans les villages qui semblent être des plus paisibles, une très mauvaise rencontre peut survenir et notamment en période estivale du coté de Sanguinet. Dans ce cas là, les « mauvaises rencontres » ne se posent pas la question de savoir à quelle administration dépendent ces policiers…..
    Dans cette logique, laissons les ordinateurs aux journalistes nationaux, et le stylo aux locaux !!!

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire D’après mes informations les trois pauvres policiers municipaux de Sanguinet n’arrivent déjà pas à assurer leurs missions basiques (soirées / week-end ) alors dans ces conditions pourquoi leurs ajouter des taches de répression qui incombent à la gendarmerie qui sont je le rappelle des militaires formés pour cela.
      D.Lapierre

      J'aime

  3. Dans la théorie, effectivement les policiers municipaux n ont pas besoin d être armés pour effectuer leurs missions. La dure réalité de faits divers nous prouve malheureusement le contraire et que les missions se confondent.
    Ces fonctionnaires par leur proximité immédiate par rapport à un événement local, sont souvent les premiers à arriver sur les lieux. La dure réalité a prouvé que parfois une intervention anodine, telle que problèmes familiaux, différends de voisinage, intervention pour troubles sur la voie publique par des déséquilibrés pouvaient avoir des conséquences dramatiques. Peut on envoyer des policiers avec un stagiaire, un stylo et une expérience de la négociation quasi nulle , au casse pipe…pour des questions purement philosophiques ?? ce n est pas la mienne en tout cas.

    J'aime

Répondre à Alain Paviet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.