HARPE : L’humour vache d’Yves Ugalde

Supplanté par Olivier Alleman sans en avoir été informé, lors des dernières départementales, Yves Ugalde a préféré rire de sa mésaventure.

C’est bien connu, « On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ». Dans ce petit monde impitoyable qu’est celui de la politique, RamDam 64-40 tient à souligner le comportement verbal et gestuel exemplaire de l’éminent adjoint à la Culture de la ville de Bayonne qui a renoncé à faire valoir ses souhaits légitimes que la plupart des « zélus » appellent « promotion » pour accéder à d’autres responsabilités territoriales.

Cet homme également journaliste de radio, poète à ses heures et écrivain reconnu au-delà des remparts de Bayonne, spécialiste de tauromachie est resté coi devant Jean-René, le taureau des rives de la Nive-Adour. Alors que son humour n’a jamais fait défaut quand il s’agit d’épingler ses semblables, dans ce cas précis, c’est le silence léger d’une longue solitude que RamDam  a entendu.

Très pointilleux quand il s’agit de sa propre personne, cet administrateur de l’Etablissement Public de Coopération Culturelle du Sud-Aquitain, tolère à peine la mise en boîte sous peine d’exclure de son blog des lecteurs trop irrévérencieux après les avoir traités de « troll » ! Dominique de la Mensbruge, membre de RamDam, peut en témoigner.

Reste l’essentiel : à l’école de Jean Grenet, il aurait pu manifester la colère de son tempérament fougueux envers une sanction imméritée ou manier l’ironie mordante envers un concurrent parisien inconnu ! Eh bien non.

C’est par l’élégance de son profond silence qu’ Yves Ugalde a répondu au choix de Jean René Etchegaray pour son poulain, Olivier Alleman, de prétendre se présenter aux élections départementales. En effet, à une question impertinente d’un lecteur, Yves rétorque sur sa page Facebook : « On ne m’a rien demandé et je n’ai donc rien eu à répondre », ce qui est le sommet d’une vacherie souriante digne de l’amateur éclairé de la tauromachie qu’il est demeuré.

C’est pourquoi RamDam 64-40 attribue à Yves Ugalde une « harpe en corne de vache ». En s’accompagnant de cette lyre, Yves pourra toujours souffler dans les bronches de ses concurrents… Et narguer ceux qui font les malins devant des vachettes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.