Une élue qui tient parole

D’un malentendu peut naître une très belle rencontre. Clarisse Johnson Le Loher, adjointe au maire de Pau et membre locale du HCP, le Haut-Commissariat au Plan a répondu aux questions de RamDam 64-40.

Dans notre article « Le Haut-Commissariat au Plan de carrière de François Bayrou » (https://wordpress.com/post/ramdam6440.fr/5564) Ramdam avait affirmé que Madame Clarisse Johnson Le Loher, adjointe au maire de Pau et membre locale du Haut-Commissariat au Plan, avait omis de déclarer qu’elle bénéficiait de 1000 € par mois pour son poste de 4° membre du bureau de la SDIS 64. (Servie d’incendie et de secours) En retour, madame Clarisse Johnson Le Loher nous a signalé que cette affirmation est erronée et qu’elle occupe cette fonction sans indemnité aucune. Ramdam a immédiatement corrigé son article.

Surprise, Clarisse Johnson Le Loher s’est adressée à nous sans amertume et nous a proposé immédiatement de nous rencontrer, pour nous connaitre. Une élue qui invite spontanément ses contradicteurs … sans être un scoop, ce n’est quand même pas tous les jours. D’où la hâte de Michel Gellato de découvrir qui était cet oiseau rare et de formuler des excuses pour notre imprécision.

« J’apprends petit à petit à esquiver les coups« 

Effectivement, Clarisse Johnson Le Loher n’est pas une « vraie » politique tels ceux installés dans la carrière, mais une technicienne au service de la politique. Sa façon enthousiaste de présenter son travail mérite que nous retracions ses paroles. Nous espérons que ces lignes traduiront assez fidèlement son témoignage. Avant de s’investir au HCP, Clarisse Johnson Le Loher avait soutenu madame Linière Cassou, mais, déçue par sa gestion et après une rencontre fortuite avec François Bayrou qui lui présenta son projet, elle décida de le suivre. Elle participa à sa campagne de 2014, puis à la dernière en 2020 puis accepta de se dégager de ses activités professionnelles pour rejoindre le HCP.

Une discussion passionnante entre Clarisse Johnson Le Loher et Michel Gellato.

Trait original et révélateur de sa personnalité, sollicitée en 2021 pour être tête de liste aux départementales, malgré sa réluctance à adhérer à un parti, par correction, elle accepta de prendre sa carte du MODEM. Mais, aujourd’hui, cette expérience terminée, fidèle à ses convictions, elle n’a pas jugé utile de la renouveler.

Participer à un projet tel le HCP, qui n’y adhèrerait pas ? Il n’était pas idiot non plus que François Bayrou, souvent à Pau, ait voulu créer une antenne proche de lui. À Pau, elle se sent un peu seule. Plutôt qu’occuper son bureau à la préfecture, où, nous a-t-elle confié, « quand je téléphone, j’entends trois fois l’écho de ma voix, je préfère le télétravail depuis chez moi. Peut-être certains diront que je ne fais rien puisqu’on ne me voit jamais dans mon bureau officiel, mais j’apprends petit à petit à esquiver les coups. Comme vous pouvez vous en douter, ma nomination ne fut pas très bien vue par certains. Mais ce n’est pas grave. »

Un  » défrichage  » des projets avant de les retravailler avec François Bayrou

Son travail, madame Clarisse Johnson Le Loher le décrit comme un « défrichage » en amont du sujet en cours, avant de le « retravailler » avec François Bayrou afin de le présenter au président Macron et le porter médiatiquement. C’est aussi tout une préparation des auditions programmées devant les commissions parlementaires.

Ensuite, bien sûr, le destin en haut lieu de son expertise lui échappe, mais elle eut la satisfaction, quand le président Macron présenta le plan 2030 en octobre 2021, d’y reconnaitre dans les orientations exposées nombre des contributions auxquelles elle avait participé.

Aujourd’hui, un projet qui lui tient beaucoup à cœur est l’adaptation de la société face au vieillissement de la population, l’hébergement bien sûr, mais plus généralement, la place des anciens dans la société et comment entendre leurs voix en cette société si informatisée.

Devant la franchise et la spontanéité des ses réponses, Ramdam ne pouvait ne pas profiter de cette rencontre pour évoquer d’autres sujets qui nous tiennent à cœur. D’abord le mutisme révoltant des services publics en général et du SDIS64 en particulier comme nous en avions témoigné dans nos articles « Services publics ou sévices publics ? »  et « Croiser les doigts ou croiser le fer ? »

 https://wordpress.com/post/ramdam6440.fr/4122 https://wordpress.com/post/ramdam6440.fr/4156

Ensuite, la vente surprenante de la villa Clermont, propriété de la ville de Pau, adjugée 100 000 € alors qu’un acheteur proposait 350 000 €. Pour ce sujet, Clarisse Johnson Le Loher nous a mis en contact avec monsieur Pérès, premier adjoint aux finances de la ville de Pau, (échange dont nous vous ferons bientôt un Compte Rendu surprenant). Aujourd’hui, elle vient de nous relancer pour obtenir le dossier complet qui nous a opposé au SDIS64, problème  qu’elle compte bien éclaircir.

Voilà une élue pour qui porter la parole des citoyens n’est pas une vaine promesse. Nous l’en remercions.

Michel GELLATO

2 commentaires

  1. Effectivement il y a quelques personnages qui se démarquent positivement et c’est bien de les mettre en avant, mais malheureusement, plus on monte dans la hiérarchie du pouvoir et moins on en rencontre…

    J’aime

Répondre à Bourdier Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.